L’occupation en chiffres
Le Haut-Karabagh: la date d’occupation - 1988-1992, la superficie – 4400 km² ; La région de Choucha : la date d’occupation – 8 mai 1992, la superficie – 289 km² La région de Latchine : la date d’occupation – 18 mai 1992, la superficie – 1840 km² La région de Kelbedjer : la date d’occupation – 2 avril 1993, la superficie – 3054 km² La région d’Aghdam : la date d’occupation – 23 juillet 1993, la superficie – 1150 km² La région de Djabraïl : la date d’occupation – 23 août 1993, la superficie – 1050 km² La région de Fuzouli : la date d’occupation – 23 août 1993, la superficie – 1390 km² La région de Goubadly : la date d’occupation – 31 août 1993, la superficie – 802 km² La région de Zenguilan : la date d’occupation – 29 octobre 1993, la superficie – 707 km²

Le secrétaire général de l'ONU préoccupé par les violations régulières du cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh

Le secrétaire général de l'ONU préoccupé par les violations régulières du cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh

23.06.2015

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a adressé aujourd'hui à la réunion plénière de la session d'été de l'APCE.

Puis le Secrétaire général a répondu aux questions des membres de l'assemblée.

Sevinj Fataliyeva, membre de la délégation azerbaïdjanaise à l'APCE a rappelé que 20 pour cent des territoires azerbaïdjanais ont été occupés par l'Arménie, en dépit de quatre résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, l'occupation se poursuit, elle a demandé, quelles mesures l'ONU peut-elle prendre pour l'accomplissement de ces résolutions par l'Arménie.

Ban Ki-moon a déclaré que le conflit du Haut-Karabakh ne peut être résolu que par des moyens pacifiques.

« Je suis très préoccupé par la violation régulière du cessez-le-feu entre les deux pays. Nous voyons ce qui se passe entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie et les deux côtés souffrent des causalités chaque jour. La tension est progressivement augmentée entre les deux pays. Je prie instamment les deux pays à résoudre le conflit de manière pacifique. La solution militaire du conflit sera dévastatrice non seulement pour les parties au conflit, mais aussi pour toute la région, elle apportera des conséquences graves. Le Groupe de Minsk de l'OSCE est engagé dans la résolution du conflit. L'idée de base ici est un dialogue entre les parties et la poursuite des efforts visant à parvenir à une solution durable » a-t-il noté.

no comment