L’occupation en chiffres
Le Haut-Karabagh: la date d’occupation - 1988-1992, la superficie – 4400 km² ; La région de Choucha : la date d’occupation – 8 mai 1992, la superficie – 289 km² La région de Latchine : la date d’occupation – 18 mai 1992, la superficie – 1840 km² La région de Kelbedjer : la date d’occupation – 2 avril 1993, la superficie – 3054 km² La région d’Aghdam : la date d’occupation – 23 juillet 1993, la superficie – 1150 km² La région de Djabraïl : la date d’occupation – 23 août 1993, la superficie – 1050 km² La région de Fuzouli : la date d’occupation – 23 août 1993, la superficie – 1390 km² La région de Goubadly : la date d’occupation – 31 août 1993, la superficie – 802 km² La région de Zenguilan : la date d’occupation – 29 octobre 1993, la superficie – 707 km²

Ilham Aliyev : « L'Arménie ne veut pas la paix »

Ilham Aliyev : « L'Arménie ne veut pas la paix »

25.10.2016

« La communauté internationale devrait forcer l'Arménie à retourner inconditionnellement nos territoire occupés »

Bakou – APA. « Nous avons discuté des questions de sécurité régionale avec la Présidente de la Croatie », a déclaré  lundi 24 octobre, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev lors de son entretien élargi avec Kolinda Garabar-Kitarovic, présidente de la  Croatie.

Il a noté qu’il a informé la présidente de la situation actuelle des négociations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie visant à la résolution du conflit du Haut-Karabagh.

« Malheureusement, depuis de nombreuses années, nos terres sont sous l’occupation. 20 pour cent du territoire azerbaïdjanais, non seulement le Haut-Karabakh et 7 districts environnants de la région autonome du Haut-Karabakh ont été occupés. À la suite de cette occupation nous avons plus de 1 million de réfugiés et de personnes déplacées. Notre peuple a subi du nettoyage ethnique par l'Arménie. Les organisations internationales ont adopté des décisions et des résolutions importantes. En particulier, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté 4 résolutions sur le retrait immédiat, complet et inconditionnel des troupes arméniennes des territoires azerbaïdjanais. Ces résolutions restent sur le papier pour plus de 20 ans », a martelé le chef de l’Etat.

Le Président a rappelé que le Parlement européen, le Conseil européen et l'Organisation de la coopération islamique, les organisations non-alignés ont reçu des documents similaires.

« Malheureusement, le conflit n’est pas résolu. L'Arménie ne veut pas la paix et veut garder le statu quo inchangé.

L’Arménie ne veut pas respecter la déclaration donnée à plusieurs reprises par les pays coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE – les États-Unis, la Russie et la France, sur l'inadmissibilité du statut quo. Ceci est un message direct à la direction arménienne, qui veut maintenir le statu quo et non seulement ignore les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, mais les normes internationales de comportement et aussi les déclarations des dirigeants de 3 pays principaux. Cela est inacceptable. La communauté internationale doit prendre des mesures sérieuses pour forcer l'Arménie à respecter le droit international et à libérer sans aucune exigence les territoires qui leur n’appartiennent pas. La solution du conflit doit être fondé sur la reconnaissance internationale de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan. Aucun pays dans le monde, y compris l'Arménie ne reconnaît pas le Haut-Karabakh », a indiqué le président du pays.

Il a également ajouté que l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan est aussi importante que l'intégrité territoriale de tout autre pays.