L’occupation en chiffres
Le Haut-Karabagh: la date d’occupation - 1988-1992, la superficie – 4400 km² ; La région de Choucha : la date d’occupation – 8 mai 1992, la superficie – 289 km² La région de Latchine : la date d’occupation – 18 mai 1992, la superficie – 1840 km² La région de Kelbedjer : la date d’occupation – 2 avril 1993, la superficie – 3054 km² La région d’Aghdam : la date d’occupation – 23 juillet 1993, la superficie – 1150 km² La région de Djabraïl : la date d’occupation – 23 août 1993, la superficie – 1050 km² La région de Fuzouli : la date d’occupation – 23 août 1993, la superficie – 1390 km² La région de Goubadly : la date d’occupation – 31 août 1993, la superficie – 802 km² La région de Zenguilan : la date d’occupation – 29 octobre 1993, la superficie – 707 km²

Ministre de la Défense : La guerre peut éclater à tout moment

Ministre de la Défense : La guerre peut éclater à tout moment

19.02.2019

Le colonel-général Zakir Hassanov, ministre azerbaïdjanais de la Défense, a reçu lundi 19 février une délégation menée par le représentant spécial de l'Union européen pour le Caucase du Sud et la crise en Géorgie Toivo Klaar, le Ministère de la Défense a confié à l’APA.

L’état actuel sur la ligne de contact a été discuté lors de la rencontre. Le ministre a de nouveau attiré l'attention sur le fait que les territoires de l'Azerbaïdjan reconnus par la communauté internationale sont toujours sous l'occupation de l'Arménie, ajoutant que le processus de négociation est toujours inefficace.

Notant que les deux armées se font face sur la ligne de front, le colonel-général n'a pas exclu la reprise de la guerre à tout moment. Il a martelé qu'au lieu d'enquêter sur les conséquences du conflit du Haut-Karabakh, il serait préférable que les structures internationales, ayant tout mis en œuvre pour résoudre complètement le conflit, s'attaquent aux causes profondes de son émergence

À son tour, Toivo Klaar a souligné l'importance d'un règlement rapide et pacifique du conflit pour assurer la stabilité dans la région du Caucase du Sud, et a noté que l'Union européenne soutient la poursuite des négociations.